A chaque jour son moulin.
Mis en page par ordre numérique de département, découvrez chaque matin un nouveau moulin. Celui-ci restera un mois en ligne.
Mercredi 16 janvier
Moulin de Négrepelisse (82)
La date de construction de ce moulin hydraulique sur les rives de l'Aveyron reste méconnue. Les premières mentions, à ce jour, remontent au XVIIIe siècle. Bâtiment en pierres de calcaire blanc et de briques foraines rouges, de 11 mètres de long sur 8,20 mètres de large, il s'élève sur quatre niveaux. Moulin seigneurial avant 1789, il est vendu comme bien national. Il possédait quatre paires de meules actionnées par des roues horizontales installées dans des cuves. Le moulin connaîtra son apogée au XIXe siècle. Entre 1889 et 1905, il est transformé en unité de production électrique et les meules seront remplacées par des cylindres à broyer. Il cessa définitivement toute activité en 1950.

Contact : 
Mairie de Nègrepelisse
5 place de l'hôtel de Ville
BP 60051
82800 Nègrepelisse
tél. : 33 (0)5 63 64 22 66
fax : 33 (0)5.63.64.26.24
site internet : www.ville-negrepelisse.fr
Mardi 15 janvier
Le château de Magrin à St Paul-Cap-de-Joux (81)

Description :

Le château de Magrin, classé Monument Historique, abrite le seul musée de pastel de France. Le musée, sur quatre niveaux, possède deux curiosités rarissimes : un authentique séchoir à cocagnes et un superbe moulin pastelier.

Contact :
Château Musée de Magrin
81220 Saint-Paul-Cap-de-Joux
tél. : 33 (0)5 63 70 63 82
fax : 33 (0)5 63 70 51 80
courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
site internet : www.pastel-chateau-musee.com

Lundi 14 janvier
Moulin fortifié de Frucourt (80)
Moulin activé le 17 juin 2012 par Paul F2YT/p. Référence: DMF 80-027.

Moulin fortifié construit en 1641, entièrement en briques, la largeur de ses murs est de 1,80 m à la base de la tour. Il porte les armoiries du seigneur du château de Frucourt (famille Montomer).

Inscrit à l'Inventaire des Monuments Historiques depuis le 17 avril 1931.

Il est situé au sud du village sur la route de Citernes. Une première tranche de travaux a consisté à nettoyer l'intérieur et refaire la maçonnerie. La 2ème tranche de travaux a concerné la couverture en essentes de châtaignier, la restauration de la charpente, la restitution des ailes et la reconstitution du mécanisme de meunerie.

En juin 2004, la pose du toit et des ailes a eu lieu. Il semblerait qu'en tournant, les ailes aient abîmé le toit.

Les planchers ont été posés ainsi que le mécanisme en mai ou juin 2007, le moulin est maintenant prêt à moudre des céréales.

Le moulin peut se visiter avec guide et commentaires, il faut pour cela contacter : l'Association du Moulin Fortifié de Frucourt (AMFF) au : 03 22 25 12 53 ou 03 22 28 73 78

https://www.moulins-a-vent.net/Moulins/frucourt.htm

Dimanche 13 janvier
Moulin de Vrines à Sainte Radegonde des Pommiers (79)
Moulin activé le 4 juillet 2004 par le radio-club du Centre Social Culturel F6KAU/p. Référence: DMF 79-002.

On ne connaît pas la date exacte de sa construction, mais ce moulin a été le poste de commandement du Général Quétineau lors des Guerres de Vendée en 1793, durant la bataille de Thouars.

Une association, "Les Amis du Moulin de Vrines" a été créée en 1990 afin de remettre au vent cet édifice et de l'entretenir.

Sa restauration n'aurait pas pu être mise en oeuvre sans l'appui de M. Lechevrel, le maire de Ste Radégonde durant son mandat.

De 1990 à 1993, les travaux de maçonnerie vont se dérouler, puis en 1996, le toit est monté, ainsi que les ailes.

En 2002, le plancher supportant la cage des meules est rénové, et dès 2005, le moulin peut moudre de la farine.

Au mois de mai, chaque année, des manifestations ont lieu pour célébrer la fête du moulin (sons et lumières, spectacle théâtral, danse en costumes traditionnels...).

Le moulin se visite sur rendez-vous. renseignements au 05.49.96.26.04, au 05.49.96.31.51, et au 05.49.96.31.54.

http://www.moulins-a-vent.net/Moulins/steradegonde_vrines.htm

Samedi 12 janvier
Moulin de Boyauville (78)

                                                      Ancien moulin tour situé à Boyauville. Il date du XVIIe siècle.

                                                          Complètement en ruine, il semble se dégrader encore.

                                                          https://www.moulins-a-vent.net/Moulins/gambais.htm

Vendredi 11 janvier
Le Vieux Moulin à Varreddes (77)
Si vous avez des infos sur cet ancien moulin, je suis preneur pour le site, merci.
Jeudi 10 janvier
Moulin Patey à Belamare (76)
Moulin tour en bois construit par son propriétaire, M. Robert Patey, d'où le nom du moulin. Il permet d'alimenter en électricité toute la propriété.
Mercredi 9 janvier
Moulin de Longchamp ou de Rouvray (75)
Le moulin de l'hippodrome de Longchamp est aussi connu sous le nom de Moulin de Rouvray. Il fut construit en 1312 au sein de l'abbaye de Longchamp, fondée en 1255 par Isabelle de France, fille du roi Louis VIII et sœur de Saint-Louis. Ce moulin sur pivot tournait pour moudre le grain de la communauté. En 1792, les religieuses furent expulsées et les bâtiments vendus. L'abbaye fut détruite en 1795 mais le moulin fut conservé. Il resta en activité jusqu'en 1809, servant à pomper l'eau du lac inférieur pour l'amener au lac supérieur. Au XIXe siècle le moulin-pivot est remplacé par un moulin-tour en pierre. Sa nouvelle mission : servir de décor à l'hippodrome de Longchamp, inauguré en 1857. Le Moulin de Longchamp est vide, il ne se visite donc pas de l'intérieur mais est visible depuis la route de Suresnes et la route des Tribunes. Il est entouré d'un enclos qui n'en permet pas l'approche directe.
Mardi 8 Janvier
Moulin scierie de la Mégevette (74)
Un procès verbal d´aménagement de la forêt de Mégevette, dressé en 1888, nous apprend qu´il y avait à cette époque quatre scieries qui ne fonctionnaient que deux à cinq mois dans l´année ; l´une sur le Risse, une autre sur le Fillian et les deux autres sur la Glappaz. Sous le hameau de la Culaz, près du Risse, se trouve une scierie, actionnée par une roue à aubes, qui était encore en activité en 1992.
 
 
Lundi 7 janvier
Moulin Rey à Flumet (73)
Je n'ai pas dinfos sur ce moulin mais une belle vidéo en suivant ce lien:  https://www.youtube.com/watch?v=DBB09ZnoPyk
Dimanche 6 janvier
Moulin Pousset à Montval-sur-Loir(72)

Le nom de ce lieu dit vient de la contraction du nom "Cour d'Amon" ...

"Cour du seigneur Amon" 

        Au 11e siècle un pont  est construit pour le passage de la nouvelle voie  LE MANS - TOURS     

Ce pont enjambant le Loir a ainsi relié les trois moulins à eau :

le Moulin Pousset, le Moulin Martinet et le Moulin St Jacques

 Il ne reste à ce jour que la partie permettant d'accéder  au Moulin Martinet situé sur une île.

La route actuelle passe sur le nouveau pont édifié en 1825,

à une centaine de mètres en amont, c'est aujourd'hui la D338.

 Au sujet de ces  moulins nous savons qu'il en existait au 12ème,

mais nous ne savons pas lesquels. 

Il faut attendre le 16ème siècle pour avoir des renseignements précis.

A cette époque, le Moulin Pousset, devient propriété de l'abbaye de Bonlieu en 1527

et le restera jusqu'à la Révolution.

Quelques années plus tard, vendu aux enchères, il redevient propriété privée...

21 meuniers se succèdent jusqu'en 1932, date d'achat par Gabriel BECHIS

qui sera le dernier meunier de ce moulin.

Il y fera toutes les transformations que l'on peut encore admirer de nos jours, lors de la visite de ces lieux :

Roue de 6,6 mètres de diamètre, surélévation des bâtiments

et modification de toute la distribution intérieure... 

 Des trois moulins à eau installés le long du barrage sur le Loir

dès le Moyen Âge, le Moulin Pousset, moulin à farine,

est le seul à avoir conservé tout son matériel de meunerie

après la fin de son exploitation en 1975.

Le Moulin Pousset est ouvert à la visite depuis 2006 .

Sa roue majesteuse et ses engrenages sont en fonctionnement permanent  (sauf en périodes de crues).

L'Association "Le Moulin à Images" gère ce site

et propose également à ses visiteurs  

une Galerie d'Art et un Musée du Cinéma.

Très beau site à visiter en suivant ce lien: https://www.moulinpousset.com/historique/

Samedi 5 janvier
Moulin de Montjay à Ménétreuil (71)
Moulin activé le 3 mai 2014 par Michel F8GGZ/p. Référence: DMF 71-056.
Photo f8ggz.
LA MAISON DE L 'EAU, MOULIN DE MONTJAY, antenne de l'Ecomusée de la Bresse Bourguignonne :

Jean FYOT de la Marche, seigneur de Montjay, conseiller du Roi fait acquisition du Moulin en 1658. Celui-ci fonctionnait par l'écoulement des Deux Sânes, Sâne Vive et Sâne Morte. 
En 1910 le Moulin ayant été détruit par un incendie, il sera reconstruit par Julius PERRET. 
La machinerie de broyage, de concassage du grain,  du début des années 1950 se trouve toujours en état de fonctionnement. Une démonstration vous sera proposée lors de votre visite sur le site. 

Au premier étage vous vous familiariserez avec le bassin de la Seille en admirant les spécimens de la vie aquatique de nos rivières. 

Ouvert du 15 MAI au 30 SEPTEMBRE TOUS LES JOURS (SAUF LE MARDI) 

HORAIRES : 14h -18h 

TARIFS : 3,50€ / adulte 
Entrée gratuite jusqu'à 18 ans (hors groupe scolaire) 
Groupe adultes : 2€/personne 
Groupe enfants : 1€/personne 

ASCENSEUR 

Pour tout renseignement et réservation : 03 85 76 27 16 www.ecomusee-de-la-bresse.com
Vendredi 4 janvier
Moulin Gheerbrant à  Frahier et Chatebier (70)

Le 1er mars 1884Jacques Auguste Barberot et son épouse née Seigmorte achètent le moulin de Scey-sur-Saône à Jean Baptiste Joseph de Buyer, moulin qui existait déjà depuis plus d’un siècle et qui était la propriété de la famille De Bauffremont. 
En 1890, les 8 paires de meules sont remplacées par des machines à cylindres et la capacité d’écrasement des céréales est alors de 6.5 tonnes par jour.

En 1905, la capacité passe à 10 tonnes par jour et la mouture devient automatique. 
En 1919, les fils de Jacques Auguste Barberot, Adhémar et Jean,reprennent la succession et créent la SARL Barberot Frères

Suite en suivant ce lien:  http://www.aliment-gheerbrant.fr/no/moulins-gheerbrant/historique.html

Jeudi 3 janvier
Le moulin Bouchard à Messimy (69)
Trois moulins étaient installés sur le Garon et ont assuré l'approvisionnement en farine de la région. Leur date d'installation est inconnue mais ils figurent sur les cartes de Cassini.
L'eau de la rivière était en partie détournée pour alimenter un bief. Une machine à vapeur permettait au moulin de fonctionner pendant les périodes de sécheresse. Vers 1910 , un moteur électrique remplaçait ces machines à vapeur.
Leur activité a été arrêtée vers 1960. En 1980, un seul était encore intact. 
Mercredi 2 janvier
Moulin à vent du château du Haut Köenigsbourg (68)

Voilà un petit moulin en bois jonché en haut d'une tour du château près du Donjon.

A l'origine, il y avait un moulin à bêtes (à bras), qui permettait de moudre des céréales et faire du pain pour les soldats. Mais lors de la restauration du château, l'architecte Bodo Ebhardt a choisi de le remplacer par un moulin à vent, qui n'a jamais servi.

 Ce petit moulin a de nouveau été restauré en 2015, un appel d'offres ayant été passé en 2014 pour rénover la charpente et la couverture de la tour du moulin, qui inclut aussi la restauration du moulin qui va se voir attribuer des ailes toutes neuves !

https://www.moulins-a-vent.net/Moulins/orschwiller.htm

 

Mardi 1er janvier
Moulin Jaming à Lembach (67)
Moulin à huile (noix, colza, tournesol,...) à traction animale construit dans une ferme. Le moulin a cessé de travailler après 1918 mais est toujours entretenu.
Démonstration de fabrication d'huile et visite sur demande. Exposition de matériel agricoles et apicoles, tracteurs des années 1960.

Contact :
Moulin Jaming
13 rue Principale 
67510 Pfaffenbronn-Lembach
tél. : 33 (0)3 88 94 24 23
Lundi 31 décembre
Moulin de la Cortina ou de Collioure (66)
Moulin activé le 4 juillet 2004 par Léon, ON4ZD. Référence: DMF 66-001.

Vraisemblablement le plus ancien moulin à vent du Roussillon, construit au XIVe siècle (1337) sous le Royaume de Majorque, ce moulin était à l'origine destiné à moudre les céréales. Après de nombreux propriétaires successifs, le moulin cessera toute activité au XIXe siècle et tombera en ruines. En 2001, la Municipalité de Collioure décide de faire procéder à sa complète restauration, selon les techniques de l'époque, le transformant en moulin à huile.

Contact : 
Mairie de Collioure
3 rue de la République 
66190 Collioure
tél. : 33 (0)4 68 82 55 95 
fax : 33 (0)4 68 82 14 28
courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
site internet : www.collioure.net

Article du "Monde des Moulins" en relation :

Collioure, un cas unique : Un moulin à vent qui fait de l’huile d’olive

 

Le moulin à vent de Collioure fut probablement un des premiers construits en Catalogne-Nord. .Le 11 février 1337, Raymond de Toulouse, procureur du roi de Majorque Jacques III, autorisait Jacques Ermengold de Collioure à construire et à exploiter un moulin à vent au lieu-dit “La Cortina”. Au début, il fonctionna comme un moulin à grains. Deux vieilles meules subsistent encore au pied des escaliers du moulin. Il fut ensuite transformé en moulin à huile mais faute d’archives, nous ne savons pas quand (peut-être au XIXème siècle ?). Par la suite, deux autres moulins à vent furent bâtis à Collioure. L’un situé au nord du village fut transformé par Vauban en fort : “le Fort Rond”. L’autre est situé au dessus de la rivière, le Douy. Il ne reste que quelques pierres dans une propriété privée. La municipalité de Collioure, propriétaire du moulin a entrepris sa restauration en l’an 2000. Les travaux confiés au charpentier Bernard Garibal de Lautrec (Tarn ), furent réalisés à l’ancienne au moyen d’une chèvre. Ils ont été terminés en 2001. La tour du moulin relativement en bon état possède une porte orientée vers le sud car le vent le plus fort, “la Tramontane” souffle au nord. La cheminée qui permettait au meunier de réchauffer son repas et qui lui procurait de la chaleur est située en face de l’entrée. A gauche de celle-ci, l’escalier permet d’accéder aux engrenages : le rouet et la lanterne dont les dents sont découpées dans le buis. A l’extérieur, la grande queue qui permet d’orienter le toit selon le vent, était à l’origine tirée par un âne ou un mulet. Son écurie se trouve sous le moulin, dans le côté est de la butte. Faute d’âne, les “amis du moulin” se mettent à quatre pour pousser la queue. L’association des “Amis du moulin de Collioure” (loi 1901) a pour but d’animer le moulin, de le faire visiter aux touristes, à des groupes, à des écoles, à des journalistes, à des équipes de télévision, à des personnalités de passage etc… Elle assure les Journées du Patrimoine en septembre. Son siège est à la mairie de Collioure (66.190).

 André Cortade - Article paru dans le Monde des Moulins - N°16 - avril 2006

http://www.fdmf.fr/index.php/les-moulins-de-france/474-moulin-de-la-cortina

Dimanche 30 décembre
Les petits moulins d'Arcizans Dessus (65)
Il y a 300 ans, l’activité était intense, comme en témoigne aujourd’hui la quinzaine de moulins qui courent le long du ruisseau. Ils étaient utilisés à l’époque pour moudre orge, blé, maïs, millet, sarrasin pour toutes les familles du Val d’Azun.
Le premier de la série, entièrement restauré se visite.

Ouverture

Ouvert du 11 juillet au 20 août, de 15 h à 18 h, tous les jours sauf le vendredi. 
Autres périodes sur rendez-vous. 
Visite libre.

Samedi 29 décembre
Moulin de Bellegarde à Lespielle (64)
Situé dans le Vic-Bilh, le moulin de Bellegarde est un moulin à eau authentique, datant du XIVe siècle, rénové par les propriétaires. Ce moulin noble était propriété de l'Abbaye laïque de Lespielle. 
Henri Cazenave, le meunier, vous propose une visite guidée avec une présentation de l’histoire, des mécanismes et du fonctionnement de ce moulin à double meule, qui fabrique de la farine de blé et de maïs. Vous découvrez aussi la bluterie qui permet d'affiner la farine. Promenez-vous sur le sentier aménagé le long du canal pour comprendre l’hydrographie attenante au moulin. Dans la salle de réception, découvrez l'exposition permanente d’outils anciens et l'exposition sur les orchidées du Vic-Bilh. Vous pouvez même profiter du point de vente de produits locaux pour ramener quelques gourmandises.
Vendredi 28 décembre
Moulin de Braynant à Châteauneuf les Bains (63)

Moulin hydraulique à farine en fonctionnement. Depuis 1985, Jean-Claude Gauvin, agriculteur fabrique pains et brioches au four chauffé au bois, vendus sur place. Présentation de matériel agricole : batteuse, trieur à grain. Il produit à nouveau de la farine des Combrailles.

Situé près d'un pont qui franchit la Sioule dans un superbe cadre, il est souvent ouvert à la visite, on y suit le trajet du blé jusqu'à la farine. Certains jours, on peut assister à la fabrication, puis à la cuisson du pain et des brioches. Sur la Sioule, il ne reste qu'un seul moulin à eau encore en activité : le Moulin de Braynant, à Châteauneuf-les-Bains (Puy-de-Dôme). Depuis plus de 20 ans, Jean-Claude Gauvin y fabrique sa propre farine à partir des céréales qu'il cultive, avec pour seule énergie la force de la rivière.

De l'extérieur, le bruit des engrenages et le rythme du babillard ne laissent pas de doute : le moulin de Braynant fonctionne. Et c'est surprenant, car sur la Sioule, tous les autres moulins à eau se sont tus depuis longtemps. Cette exception, située à la sortie de Châteauneuf-les-Bains (Puy-de-Dôme), on la doit à Jean-Claude Gauvin. Cela fait 33 ans que cet agriculteur a sauvé le moulin de Braynant de la destruction. En 1984, il l'a racheté et rénové lui-même pour fabriquer sa propre farine avec ses propres céréales. Sa production se fait à l'ancienne avec les outils, les gestes et la technique traditionnelle. Et sans moteur. Dans le moulin, tous les engrenages sont actionnés par une turbine plongée dans la rivière. Les meules, le tamis et l'élévateur à godets... tournent uniquement grâce à la force de l'eau.

Broyée entre deux meules de pierre, la farine de Jean-Claude est plus foncée, plus "riche" en fibres que la farine habituelle industrielle écrasée entre deux cylindres. L'utilisation de la rivière lui confère un autre avantage intéressant : son coût.

Fabrication en vente sur place...

Visites

- mercredi, vendredi et dimanche de 15h à 20h.

Contact

Moulin de Braynant
Jean-Claude Gauvin
63390 Châteauneuf-les-Bains
04 73 86 68 40

http://www.auvergne-centrefrance.com/route-des-moulins/moulins-braynant.htm

Jeudi 27 décembre
Le moulin de Mombreux à Lumbres (62)
Moulin activé par Claude et Yveline, F5MCC/p le 17 juillet 2010. Référence DMF 62-103.
Moulin hydraulique à farine dont l'existence est attestée dans des documents du XIIIe siècle. Au début du XIXe siècle il fabrique de la farine et de l'huile, il fonctionne avec trois paires de meules. Il cesse son activité en 1955. Après avoir servi d'entrepôt de matériaux de construction, il est reconverti en hôtel-restaurant en 1971. Subsistent le mécanisme et la roue verticale en bois restaurée.

Contact : 
Le Moulin de Mombreux
chemin de Mombreux
62380 Lumbres
tél. : 33 (0)3 21 39 13 13
courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
site internet : www.moulindemombreux.com
Mercredi 26 décembre
Moulin de Rainville, les Forges de Longny au Perche (61)

Les origines du site de Rainville  ont été clairement établies dans le cartulaire

De Notre Dame de Josaphat 

Il est mentionné,  dans ce document,  que le Baron de Valenfred avait fait donation aux moines Bénédictins  en Avril 1214  avéré par  un document permettant aux moines de St Robert de Fossard  d’élever une chaussée à leur étang à charge d’y construire un moulin. Ce document était signé  de Girardi de Boceio (Girard de BOISSY) ; « l’abbaye de N.D. de JOSAPHAT fut fondée en 1117 ou1120,c’était une abbaye « commandataire » de Bénédictins de la congrégation de   Saint-Maur au pays  chartrain ».

Il faut également constater que le même mois d’Avril 1214,  ledit Girard de Boissy,  confirmait toutes les donations faites par ses ancêtres à  Notre Dame de  Josaphat en autre la « mediatariam de raesvilla » (la métairie de Rainville)  et cela en plus des donations  déjà faites  de ses terres de Val d’Enfred  aux Chartreux  de l’Abbaye St Jehan de Chartres).

L’on ne connaît pas la fonction initiale qui a été donnée à ce moulin (au tout début du XIII° siècle) mais des moulins à « faire le FER » sont attestés dans le Perche au XIII° siècle.

C’est en 1273,  sous le règne de Louis le Hardy, que  nous retrouvons  le nom de REAVILLA ; c’est dans un acte faisant reconnaissance par Girard de Longny de la suzeraineté de l’évêque de Chartres sur la terre de Longny qu’est cité le « molendinum de Reavilla » le moulin de Rainville.

Michel DEVEZ  professeur à l’université de Paris  cite Rainville et la forge de LONGNY  en 1350 « la vie de la forêt française au XVI° siècle »

La suite des infos sur: 

L’on ne connaît pas la fonction initiale qui a été donnée à ce moulin (au tout début du XIII° siècle) mais des moulins à « faire le FER » sont attestés dans le Perche au XIII° siècle.

C’est en 1273,  sous le règne de Louis le Hardy, que  nous retrouvons  le nom de REAVILLA ; c’est dans un acte faisant reconnaissance par Girard de Longny de la suzeraineté de l’évêque de Chartres sur la terre de Longny qu’est cité le « molendinum de Reavilla » le moulin de Rainville.

Michel DEVEZ  professeur à l’université de Paris  cite Rainville et la forge de LONGNY  en 1350 « la vie de la forêt française au XVI° siècle »

La suite des infos en suivant ce lien:

http://www.lemoulinderainville.com/rainville.html

Mardi 25 décembre, Joyeux Noël à toutes et à tous.
Moulin du Hameau à Chantilly (60).
Construit en 1774 par l'architecte Jean-François Leroy pour le prince Louis-Joseph de Bourbon-Condé, le Hameau est antérieur au Hameau de la reine Marie-Antoinette à Trianon, qu'il inspira. Le Hameau comprenait sept maisonnettes, deux d'entre elles ne résistèrent pas à la Révolution. Le moulin est équipé d'une roue à aubes.
Contact : 
Le Hameau de Chantilly
Parc du château
60500 Chantilly
tél : 33 (0)3 44 57 46 21
site internetwww.domainedechantilly.com
Lundi 24 décembre
Le Drievenmeulen  à Steenvoorde (59)
Moulin activé le 26 octobre 2003 par Lees G3VQO/p. Référence DMF 59-022.
Le DRIEVENMEULEN est un moulin sur pivot. Sa silhouette allongée, tout à fait différente des autres moulins, nous indique ses origines.
Construit en 1774 à SOMAIN, le Moulin produisait de l’huile de lin et de pavot. Après un siècle de bons et loyaux services, l’arrivée d’un moulin à huile sonne le glas de son activité. Il est alors acheté et amené à Steenvoorde en 1901. Par la suite, le meunier le transforme en moulin à farine.

De ses origines, le DRIEVENMEULEN conserve ses robustes poutres, ses conséquentes pannes de broyages, et un énorme pivot de 88 cm de côté à sa base. Sa structure est, en effet, prévue pour résister aux violents coups de pilons ayant pour but de réduire les graines oléagineuses en mélasse.

Ainsi, depuis la fin du siècle dernier, le DRIEVENMEULEN se dresse majestueusement dans notre ciel des Flandres.

Toutefois, au cours de sa longue existence, le moulin connu des périodes agitées. Comme cette fois où un orage décrit comme « mémorable » frappa en Septembre 1940. Il arracha et emporta au sol le toit, les ailes et le pivot. C’est la femme du meunier (qui était prisonnier de guerre) qui entrepris la réparation de l’édifice. Ainsi la partie métallique de la tête qui supporte les ailes provient d’un moulin de LEDRINGHEM, incendié par les Allemands. Les deux roues sont issues des restes d’autres moulins disparus lors du même orage.

Cette reconstruction qui a donné une forme aplatie du toit, tel qu’il existait avant la récente restauration.

L’activité du moulin recommencera puis cessera définitivement au printemps 1974. Le meunier, Fortuné DEREEPER, l’entretiendra jusqu’à sa mort en 1987.

C’est alors que commence la longue agonie du moulin…

En 1993, la commune de STEENVOORDE, propriétaire du moulin, lance le défi de sa restauration.

https://nord-escapade.com/annuaire/le-drievenmeulen-moulin-steenvoorde/

Dimanche 23 décembre
Forges Royales de la Chaussade à Guérigny (58)

Ancien fleuron de l'industrie navale, le site du Vieux Guérigny est devenu un lieu de mémoire et de promenade. Laissez-vous donc conter son histoire, cachée derrière une surprenante ancre de marine, à plus de 500 km des côtes…

Le musée Forges et Marines retrace l'histoire des Forges Royales de Guérigny qui ont pendant des siècles fourni la Marine Royale en pièces métalliques de sécurité (ancres et chaînes). Une nouvelle exposition thématique y est présentée chaque été. Le site lui-même, son aménagement hydraulique et ses bâtiments des XVIIIe et XIXe siècles est un lieu de promenade et le centre d'excursions vers les sites secondaires répartis sur tout le territoire de la communauté de communes. 

Haut lieu de la manufacture française, représentatif du patrimoine culturel et de la mémoire du passé industriel, les Forges, ont durant de nombreuses années servi la Marine. Ainsi le musée situé à Guérigny est géré par l'association des « Amis du Vieux Guérigny » vous entraîne dans l'univers de fer et de feu qu'ont connu bon nombre d'ouvriers.

http://www.nevers-tourisme.com/musee-forges-royales-de-chaussade-guerigny/

Samedi 22 décembre
Le moulin d'Eschwiller (57)
 

Le moulin d'Eschviller ou d'Eschwiller Miel (en allemand : Eschweiler Muehle) est un moulin à grain et un écart d'Eschviller, petit village du pays de Bitche lui-même écart de la commune de Volmunster, dans le département de la Moselle.

L'acte de fondation du moulin date du . Ravagé par un incendie en , il fut quasiment détruit lors de la Seconde Guerre mondiale, laissé à l'abandon par son propriétaire. En , des travaux de reconstruction sont lancés par le district de Volmunster. Le district décide, avec l'appui technique du Parc naturel régional des Vosges du Nord et de l'« Association des Amis du Moulin », d'en faire un "Centre d'interprétation des techniques rurales". Le nouveau site touristique rendant hommage aux métiers d'antan est ouvert en .

https://fr.wikipedia.org/wiki/Moulin_d%27Eschviller#/media/File:Moulin_a_escvhviller_250404.jpg

Vendredi 21 décembre
Le moulin de Lançay (56)
 

Établi sur un bras de la rivière Lancet, affluent de l'Arz, le moulin de Lançay existe depuis le Moyen Âge (fin du xive siècle). À l'origine propriété de la seigneurie de Rochefort, il fut rattaché ensuite aux seigneuries de Talhouët, de Ker Abraham et de Châteaudérech. À partir de 1855, différentes familles de meuniers en furent les propriétaires. À la fin du xviiie siècle (aux environs de 1781), il était équipé de deux roues actionnant trois paires de meules.

Le moulin de Lançay dans sa totalité, comprenant le bâtiment principal et l'ensemble des machines conservées, la grange, le système hydraulique, c'est-à-dire les canaux, le bief, les vannes et les murs de soutènement de la digue de retenue, fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 1.

La roue à augets a été reconstruite de manière identique à l'ancienne, son diamètre est de 4,67 mètres2.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Moulin_de_Lan%C3%A7ay

 

 Jeudi 20 décembre
Moulin des Roises à Azannes et Soumazannes (55)

Moulin pivot situé dans le parc de la ferme des Roises, édifice unique dans le département de la Meuse et en Lorraine ! Construit en 2003 par une entreprise lorraine : Hemlock à Audun le Roman, à l'endroit même où était bâti déjà un moulin en 1757 qui appartenait à l'évêché de Verdun. Le charpentier se nomme Jean Luc Simion et a travaillé selon les techniques du XVIIe siècle.

La cage et les ailes ont été installées le 25 mai 2003, le moulin est inauguré le 9 mai 2004.

Il mesure 28 m de haut, pèse 70 tonnes, ses ailes en saule ont une longueur de 12 m chacune et  2,30 m de largeur. La cage est en chêne, le pivot a été taillé dans un chêne de 230 ans dans la forêt voisine de Romagne sous les Côtes. La paire de meules mesure 1,60 m de diamètre. 70 m3 de bois ont été nécessaires à sa réalisation.

Il domine le Village des Vieux Métiers qui est ouvert essentiellement durant le mois de mai, certains dimanches de juillet et d'août. La visite du parc vous coûtera la somme de 12 € pour un adulte et gratuite pour un enfant de moins de 15 ans (tarif 2007).

Renseignements : Domaine des Roises, 55150 AZANNES. Tél : 03.29.85.60.62, Fax : 03.29.85.62.02, e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site Internet : www.vieuxmetiers.com

https://www.moulins-a-vent.net/Moulins/azannes.htm

Mercredi 19 décembre
Moulin de Villevaux à Rogerville (54)
Un comité de citoyens de 14 personnes s’est réuni le 7 février 2018 à Rogéville. Il s’agit pour ces habitants des communes de Rogéville, Villers-en-Haye, Gézoncourt, Jezainville et Dieulouard d’unir leur forces pour protéger ce patrimoine situé au cœur de la vallée de l’Esch, qui fait partie intégrante de la mémoire locale, de son histoire et de son identité. Au-delà de l’ambition de promouvoir un aménagement raisonné et concerté de cet espace en adéquation avec l’esprit du legs testamentaire de Monsieur Husson, l’ancien propriétaire des lieux qui souhaitait sa préservation, l’association veut s’associer pleinement à la réflexion concernant l’avenir du site. Ce dernier appartient depuis maintenant 10 ans au Conseil Départemental de Meurthe-et-Moselle. Mais faute de projet, le moulin ne fait pas l’objet d’un entretien régulier malgré les nombreuses initiatives citoyennes, portées notamment lors des deux dernières concertations qui ont eu lieu en 2016, et qui ont réuni près de 100 volontaires sur différentes thématiques (accueil de public, créations d’emploi, préservation de l’environnement, réaménagement des lieux).
Mardi 18 décembre
Le moulin de Graslon à Chammes (53)

M. et Mme Bateup, adhérents de l’Association des Amis des Moulins de la Mayenne (AAMM), sont propriétaires du Moulin de Graslon à Chammes. Depuis septembre 2016, ils sont installés en France. Le moulin qu’ils possèdent à Chammes a déjà fait l’objet de nombreuses restaurations, couronnées dernièrement par l’installation d’une roue à aubes réalisée par Loïc Favris (Couverture - Charpente, à Vaiges)...

Geneviève et Alain Bateup 
Propriétaires du Moulin de Graslon 
https://www.facebook.com/MoulinDeGraslon/

http://www.fdmf.fr/index.php/les-moulins-de-france/inventaire-moulins/pays-de-la-loire/53-mayenne/834-moulin-de-graslon

Lundi 17 décembre
Moulin de Baissey (52)
L'activité meunière remonte à l'époque romaine. Les premières mentions du moulin de Baissey remontent au XVe siècle... Restauré depuis les années 80, il est aujourd'hui l'un des derniers moulins traditionnels de la région.
Fierté du petit village champenois de Baissey, le moulin s'anime au rythme de l'eau entraînant la roue hydraulique qui actionne ses meules... Spectacle d'un autre temps et pourtant si enrichissant, la rénovation du site a permis de mettre en avant la grandeur et l'importance de ce moulin... Imaginez, un bief creusé à flanc de coteaux qui amène l'eau sur 1,2 km au moulin avec, au final, une chute d'eau de 7 m pour entraîner les mécanismes... 
Le moulin a évolué au cours des siècles ; les bâtiments et les mécanismes actuels sont du XIXe... Il a conservé ses meules, ses bluteries, ses cribles et une petite usine électrique de 1914 qui fut la première électrification du village.
Il n'y aurait que 5 moulins en France situés au centre du village, les moulins plus récents sont construits à l'extérieur. En effet, les premiers chrétiens pensaient qu'il n'était pas bon de côtoyer ou de s'approprier les forces du mal (forces divines considérées comme sataniques à l'époque) comme l'eau, le vent… C'est donc pour éviter que les bons chrétiens côtoient quotidiennement ces forces que les moulins seront placés à l'extérieur des villages… Cela prouve ainsi que le moulin de Baissey est bien d'époque antérieure à la religion chrétienne.
Le moulin est aujourd'hui encore en parfait état de fonctionnement. 
Le moulin, avec son bief, est inscrit sur l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis le 20 mars 1996.
Venez le visiter, vous ferez alors une plongée dans les légendes et histoires de Baissey, village situé au coeur de ce mystérieux territoire qui fut autrefois habité par les loups.
Samedi 15 décembre
Moulin du Ruet à St Amand-sur-Fion (51)
Le moulin du Ruet, situé très près de Coulvagny, était la propriété des chanoines de Châlons et avait fait l'objet d'une transaction à leur profit dès 1261. Il a été détruit au cours de la dernière phase de la Guerre de Cent ans et rétabli au XVI° siècle Comme les autres moulins il fut converti en huilerie.
Vendredi 14 décembre
Ancien moulin à vent de Besneville (50)
Le Mont de Besneville est un mamelon de 116 m d'altitude qui offre un panorama exceptionnel sur la campagne et la côte. D'ailleurs la croix de son calvaire s'aperçoit des kilomètres à la ronde.
Plusieurs routes et un sentier pédestre mènent au Mont de Besneville, à quelques kilomètres de Saint-Sauveur, après la forêt domaniale, sur la route de Portbail.
Au milieu des bruyères et des ajoncs, le mont de Besneville à la particularité d'être surmonté de trois moulins. Trois anciens moulins à vent qui ont perdu leurs ailes et dont on peut voir encore à terre la meule de l'un d'eux. Deux de ces trois moulins ont été transformés. Le plus imposant est celui surmonté d'une grande croix, le calvaire. A l'intérieur un très beau petit oratoire. Ce calvaire fut béni le 13 août 1950 par Monseigneur Guyot. C'est pour manifester publiquement leur reconnaissance à la Providence, que l'abbé Ryst et les paroissiens dressèrent sur le Mont un calvaire accompagné de cette inscription: "les habitants de Besneville ont élevé ce calvaire en l'année sainte 1950 comme témoignage de l'infinie miséricorde de Dieu, exprimant ainsi leur reconnaissance pour sa protection accordée pendant les combats libérateurs de juin 1944".
Jeudi 13 décembre
Moulin à vent de la Roche ou de la Franchaie à la Possonnière (49)
Moulin activé le 16 septembre 2018 par Claude et Yveline F5MCC/p. Référence DMF 49-020.
Construit en 1660 sur le domaine du château de Serrant, le moulin de la Roche mesure 8 mètres de haut et 6 mètres de diamètre.
Il est réhaussé en 1860 pour pouvoir recevoir une seconde paire de meules.

Abandonné en 1912, il est restauré par son propriétaire en 1970. Dès 1979, il est remis en fonctionnement grâce à l'association des Amis des Moulins d'Anjou, au département et à la commune.

La situation du moulin de la Roche sur une butte rocheuse permet une vue superbe sur la vallée de la Loire.

Des visites commentées sont organisées le WE par l'actuel propriétaire.

Ce moulin-tour dépendait de la seigneurie de Serrant.

En 1860, il est rehaussé, afin de recevoir des ailes en planche, et muni d'une seconde paire de meules.

Il cesse de fonctionner en 1914.

Restauré, il est remis au vent en 1980.
Mercredi 12 décembre 
Moulin à vent de Rieisse (48)
Les moulins à vent du Causse Méjean sont aujourd'hui tous en ruines, divers guides y font allusion.
Roger Lagrave (La Lozère racontée tome II - éditions Gévaudan-Cévennes La Salle Prunet - 1991)
a rédigé une histoire sur la Guerre des moulins, guerre entre les moulins à eau et les moulins à vent.
Les "chemins de la farine" empruntés par des mulets dressés, auraient été désertés, un temps, au profit des moulins à vent plus proches des champs de céréales.
Voir GC4TMGG,   GC4TMHH,  GC4TMJ6
Cinq moulins existaient sur le Causse Méjean :
Pradal,au-dessus de Florac,il est situé sur le sentier d'initiation de la ferme du Pradal, alt.1045 m
Ce sentier est bien marqué, il est aussi visible de la RD16 et accessible à vue.
A l'intérieur du moulin des panneaux illustrent le fonctionnement des moulins à vent du causse.
Pour une visite initiatique des moulins à vent du causse c'est par lui qu'il convient de commencer.
Rieisse, commune de La Malène , alt. 999 m
Saubert, commune de Hures, situé dans la zone cœur du parc national des Cévennes, alt.1040 m
La Borie, commune de Hures-la-Parade, alt. 1041 (En cours de restauration)
Aures, commune de Gatuzières, ce moulin (disparu) aurait été situé à proximité de la ferme d'Aures proche du col du Perjuret et du site de Nîmes-le-Vieux. alt. probable 1040 - 1060 m.